Phonem

crédit photo Samuël Berthet

Line up :

Maïlys Maronne claviers, voix, composition
Thibault Perriard batterie
Philippe Burneau basse électrique
Vincent Duchosal guitare électrique
Reno Silva Couto saxophones
+ un·e vidéaste / graphiste

Phonem a été impulsé par Maïlys en 2018 d’abord dans une formule quartet (piano, basse, batterie, saxophone). Le premier disque « Animus Volandi » sort sur le label parisien Onze Heures Onze, en octobre 2018. Très bien reçu (disque révélation dans Jazz Magazine, disque élu de Citizen Jazz), il a donné lieu à plusieurs concerts en France (dont le Festival Jazz sous les Pommiers, Jazz in Montreuil,…) jusqu’en janvier 2020.

Forte de cette première expérience en tant que leadeuse, Maïlys projette aujourd’hui de donner un souffle nouveau à cette formation en écrivant tout un répertoire avec un son différent, abandonnant le piano pour les claviers et incluant une guitare électrique dans le projet.

Les « Geometriks »… 

Au départ, la question était : comment mêler un intérêt fort pour les mathématiques, leur logique étonnante et les dispositions minutieuses des figures géométriques à une implacable envie de composer ?

Une des réponses pouvait être d’associer des graphes géométriques à de la musique cyclique. Après quelques tentatives, esquisses et maquettes, le résultat a finalement séduit Maïlys. Elle décide donc d’insister et de confirmer cette expérience à travers un répertoire composé uniquement sur ce système, après quelques années de composition à base de concepts et d’écriture alternative (schémas, graphes, dessins, notations non-solfégiques). Le principe des Geometriks en quelques mots : écrire de la musique sous forme de courtes cellules musicales associées à des formes et des couleurs. Il ne s’agit pas ici de synesthésie mais simplement de lier le visuel à un résultat musical dans une recherche davantage intellectuelle que sensorielle. Maïlys décide de mettre en avant le côté visuel en faisant appel à un.e graphiste/vidéaste qui réalisera les graphes de composition sous forme de vidéos diffusées pendant l’exécution des morceaux. A cela, s’ajouteront de courtes bribes de textes, chantées par Maïlys et probablement colorés par les voix des quatre musiciens qui l’entourent comme un chœur. Le souhait est de se glisser dans des formes qui pourraient se rapprocher de la pop, mais avec toujours des petites astuces mélodico-rythmiques qui s’en éloignent. La musique laissera la part belle à l’improvisation et à l’expressivité de chacun des musiciens.